doctor-jonas-nunes-halitosis

Les 13 questions les plus fréquentes sur la mauvaise haleine.

Le Docteur Jonas Nunes, Directeur de l’Institut de l’Haleine et de l’Unité Hospitalière du Centre Teknon à Barcelone, répond aux questions les plus fréquentes sur l’haleine humaine.

11. Quels types de chewing-gums ou de bains de bouche dois-je utiliser pour éliminer l’halitose ou mauvaise haleine?

La plupart des chewing-gums provoquent (au mieux) deux effets : ils augmentent la salivation (conséquence naturelle du fait de mâcher) et peuvent masquer temporairement la mauvaise haleine (parce qu’ils dégagent une odeur/saveur plus intense : menthe, cannelle, etc.).

Les patients savent que cet effet occultant dure très peu. D’un point de vue scientifique, on ne peut pas parler de ces deux effets comme étant « éliminateur » de la mauvaise haleine. En effet, le bénéfice ressenti par l’augmentation de la sécrétion salivaire chez les patients souffrant de sècheresse buccale disparaît quelques minutes après que le patient cesse de mâcher ; les problèmes reviennent aussitôt : mauvaise haleine, bouche sèche, etc… Les chewing-gums ne sont donc pas recommandés pour traiter les problèmes de mauvaise haleine ou de sècheresse buccale.

L’utilisation continue de chewing-gums peut entraîner des problèmes au niveau de l’articulation associée à l’ouverture et à la fermeture de la bouche, l’articulation temporo-mandibulaire : bruits, usure des surfaces articulaires, douleur, inflammation … Elle peut aussi générer une acidité gastrique excessive (réflexe neuronal résultant de la mastication) qui à son tour peut entraîner une gastrite, des ulcères, etc… A savoir qu’il existe d’autres options pour augmenter la sécrétion salivaire tout en évitant ces effets nocifs, et bien entendu, beaucoup d’autres alternatives pour traiter la mauvaise haleine.

Plus récemment, des chewing-gums contenant des antimicrobiens et/ou des probiotiques ont été mis sur le marché. Bien qu’une certaine efficacité ait été démontrée, leur effet est limité à court terme (effet thérapeutique efficace uniquement lorsque la cause de la mauvaise haleine est intra-orale).

«Les chewing-gums ne sont pas une solution thérapeutique recommandée pour traiter une mauvaise haleine ou des problèmes de sècheresse buccale».

En ce qui concerne les solutions orales/ bains de bouche, je crois que j’ai clairement exposé mon opinion. Un bon rince-bouche ne doit pas comporter d’alcool dans sa composition (par conséquent, on ne doit pas avoir une sensation de brûlure ou de picotement quand on l’utilise) ; il possède des antimicrobiens à l’efficacité prouvée tels que le chlorure de cétipyridine ou le digluconate de chlorrhexidine ou des substances qui captent de mauvaises odeurs comme le lactate de zinc ou le chlorure de sodium.  Lorsque la cause de l’haleine se trouve dans la bouche (bactéries orales), ces solutions orales peuvent aider et s’avérer très utiles. Mais le problème que l’on rencontre est qu’une part très importante des bains de bouche disponibles dans le commerce ne possède aucun de ces composés reposant sur un véritable fondement scientifique. Pour les autres causes d’halitose (qui ne sont pas liées à des bactéries orales), les rince-bouche ne sont pas des agents thérapeutiques efficaces (c’est pourquoi la quasi-totalité des fabricants de rince-bouche anti-microbiens incorpore de la menthe poivrée dans leurs produits, pour essayer de masquer leur inefficacité lorsque l’origine de l’halitose ne provient pas des bactéries buccales).

En conséquence, si une personne utilise deux fois par jour un rince-bouche approuvé scientifiquement et que sa mauvaise haleine perdure, on en déduira aisément que la cause n’est pas en lien avec les bactéries orales mais avec une autre origine ; il sera donc totalement vain d’utiliser des substances qui ne font que masquer le problème et qui ne sont incorporées dans la plupart des rince-bouche que par pur marketing (comme la menthe), parce que leur effet ne dure généralement que 15 minutes au maximum. Les halitoses (au pluriel) doivent être traitées avec des techniques réellement performantes et en ayant préalablement diagnostiqué la cause (non pas avec des chewing-gums à la menthe ou à la cannelle, des rince-bouche mentholés ou d’autres produits de ce genre). Les effets bénéfiques de certains aliments à l’odeur agréable (comme le persil et l’anis) ou de certains composés vendus dans le commerce non seulement ne fonctionnent pas systématiquement sur tous les individus mais, lorsque c’est le cas, leur temps d’action dépasse rarement une heure.

Voir la question précédente
Voir la question suivante

Soigner ou traiter l’halitose ou mauvaise haleine

01. Peut-on guérir de l’halitose ou mauvaise haleine ?
02. Comment combattre, éliminer, soigner l’halitose ou mauvaise haleine ?

Causes et types d’halitose ou mauvaise haleine

03. Qu’est-ce qui provoque l’halitose ou mauvaise haleine ?
04. Quels sont les différents types d’halitose ?
05. La cause de l’halitose ou mauvaise haleine provient-elle de l’estomac ?
06. Quelles sont les causes de mauvaise haleine chez les bébés et/ou enfants ?

Diagnostic et traitement de l’halitose ou mauvaise haleine

07. Existe-t-il des appareils pour mesurer l’halitose ou mauvaise haleine?
08. Comment fonctionne une consultation de l’halitose?
09. Combien coûte un traitement complet pour éradiquer l’halitose?

Prévenir et éviter l’halitose ou mauvaise haleine

10. Comment éviter et/ou prévenir l’halitose?
11. Quels types de chewing-gums ou de bains de bouche dois-je utiliser pour éliminer l’halitose ou mauvaise haleine?
12. Quels remèdes maison/naturels ou solutions naturelles existe-t-il actuellement pour lutter contre l’halitose?

Solution à l’halitose ou mauvaise haleine

13. Est-il vrai qu’il existe une solution pour se débarrasser de la mauvaise haleine?

A la découverte de votre haleine.

Saviez-vous que vous pouviez avoir une mauvaise haleine sans le savoir ? De nombreuses personnes souffrent d’halitose ou mauvaise haleine de façon habituelle, indépendamment de leur sexe, de leur âge ou de leur classe sociale. L’halitose peut en outre avoir de graves répercussions sur l’estime de soi et devenir un facteur de discrimination et d’exclusion sociale.

Si vous avez des doutes, nous vous invitons à remplir nos questionnaires en ligne et ainsi connaître le résultat immédiatement.